Aller au contenu principal

Utiliser la promotion en matière de santé et d’exercice physique pour favoriser les contacts entre les générations?

Jeudi, 07.03.2019
Jörinpark in Pratteln wurde als Bewegungspark konzipiert

 

Se mouvoir est essentiel pour la santé de tous les humains. La création d’un environnement propice à l’exercice physique – pistes cyclables, espaces verts, terrains de jeux – est censée animer toutes les générations à bouger davantage. C’est particulièrement important pour les enfants, les adolescents et les personnes âgées. En effet, ils ne bougent souvent pas assez, ce qui entraîne chez eux, entre autres, un risque accru de chute et un affaiblissement de leur forme physique. En même temps, ces lieux et espaces accessibles au public sont également importants pour promouvoir les échanges sociaux et les rencontres entre générations. Sur la base de leur étude du paysage actuel de projets, élaborée pour le compte de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), les deux auteurs Hanspeter Stamm et Adrian Fischer (Lamprecht und Stamm Sozialforschung und Beratung AG, Zurich) se sont intéressés aux interfaces prometteuses pour les objectifs intergénérationnels.   

 

 

Les enfants et les personnes âgées sont les deux groupes cibles les plus fréquemment mentionnés par les projets recherchant à créer un environnement propice à l’exercice physique. Pourquoi?

 

L’une des raisons importantes est que les enfants et les personnes âgées sont moins mobiles que les autres personnes et qu’une grande partie de leur vie quotidienne se déroule donc dans l’environnement immédiat (résidentiel). En outre, les enfants et les personnes âgées sont considérés comme vulnérables, bien qu’en partie pour des raisons différentes. Les enfants n’ont pas conscience du danger et n’ont pas les compétences nécessaires pour évaluer les risques, de sorte que des exigences de sécurité spécifiques s’imposent pour un espace en plein air propice à leur activité physique. La sécurité est également une question importante pour les personnes âgées – mais pour celles-ci, outre la sécurité des voies piétonnières, ce sont des éléments tels que les mains courantes dans les escaliers qui sont requis, ou des accès sans obstacle.

 

 

Quelles pourraient être les raisons expliquant le fait qu’il n’y a pratiquement pas de projets reliant la promotion de l’activité physique et la promotion des rencontres intergénérationnelles? Alors même que ces deux groupes d’âge présentent des besoins similaires (sécurité, utilisabilité du milieu de vie immédiat) et des caractéristiques semblables (objectifs de santé tels que l’amélioration de la motricité pour prévenir les chutes)?

 

Vous devriez faire une petite différence: qu’il s’agisse de la création de pistes cyclables et de voies piétonnières attrayantes et sûres ou de la création de zones de rencontre et de parcs – certains efforts pour créer un environnement propice à l’activité physique profitent, sans aucun doute, tant aux enfants qu’aux personnes âgées.

Cependant, il y a aussi des différences non négligeables au niveau des besoins et des possibilités de se mouvoir de ces deux groupes d’âge. Les enfants sont habituellement plus agiles et plus aventureux – ils grimpent, s’amusent, sautent, courent et s’inquiètent peu des blessures s’ils tombent. Chez les personnes âgées, en revanche, les mouvements mesurés et lents dominent; elles évitent les mouvements brusques et se méfient beaucoup des chutes. Pour elles, il s’agit généralement moins d’apprendre de nouvelles formes de mouvement que de maintenir une activité physique malgré la diminution de leur force, en dépit de leurs douleurs chroniques et de leur sens de l’équilibre fragilisé.

A comparer ces deux «profils de mouvement», il ne reste à la fin que quelques types assez restreints de mouvement réellement utilisables, comme la danse, le vélo, certaines formes de gymnastique telles que le qi-gong ou le tai-chi (qui peuvent rapidement devenir ennuyeuses pour les enfants) ou certains jeux, toutefois sous forme adaptée. Autre option: faire un très important travail conceptuel, comme ce fut le cas pour le parc Hopp-la, déjà présenté dans ce blog.

Ce n’est que plus récemment que des approches ont été discutées et mises en œuvre qui abordent non seulement l’aspect du «mouvement» mais aussi celui de la «rencontre». Une grande partie de la vie quotidienne des enfants et des personnes âgées se déroule dans des cadres différents, organisés, conçus et réalisés comme des mondes séparés (jardins d’enfants, écoles, maisons de retraite, etc.). L’ouverture réciproque de ces structures n’a été expérimentée que récemment.

 

Pour la promotion de l’activité physique, comment évaluez-vous l’importance (future) de la convivialité plutôt que de la coexistence?

 

En raison de la densité croissante des bâtiments, en particulier dans l’environnement urbain, la question de savoir comment différents groupes de personnes peuvent utiliser les mêmes espaces ensemble se posera probablement de plus en plus à l’avenir. Cependant, étant donné les besoins assez différents des deux groupes «extrêmes» que sont les enfants et les personnes âgées ainsi que d’autres groupes, on peut se demander s’il y aura une évolution vers la convivialité, laquelle remplacerait progressivement la coexistence séparée dans le temps et dans l’espace. En effet, le «dégroupage» des usages et des groupes d’usagers est également un thème de la planification, en plus de la «convivialité».

 

 

Quelles recommandations peut-on déduire de votre étude en ce qui concerne la convivialité de ces deux groupes d’âge?

 

Je pense qu’il y a deux constatations importantes: Premièrement, l’environnement (résidentiel) doit être conçu de manière à ce que les enfants et les personnes âgées osent quitter la maison. En d’autres termes: Des aires d’exercice sûres et attrayantes sont une condition nécessaire pour que les parents laissent leurs enfants sortir et pour que les personnes âgées se sentent à l’aise à l’extérieur.

Deuxièmement, si cette condition de base est remplie, les espaces extérieurs doivent être conçus de manière à ce que les rencontres soient réellement possibles: par exemple, des coins de repos attrayants et confortables doivent être aménagés en marge des aires de jeux. Et ici, il y a encore beaucoup de potentiel, en ce sens que les personnes âgées ne doivent pas être simplement recluses dans des zones réservées aux spectateurs, mais qu’elles doivent avoir la possibilité de participer.

Toutefois, les rencontres sont possibles en dehors des aires de jeux. Même, les options sont presque illimitées. Ainsi, de nombreuses personnes âgées ont une longue carrière sportive et n’auraient rien contre l’idée de transmettre à des enfants leur expérience de gymnastes passionnés, de cyclistes, de footballeurs ou de boulistes. Toutefois, cela nécessite, outre les espaces d’exercice appropriés, des mesures de mise en confiance. Beaucoup de parents refusent de confier leurs enfants à des retraités qui leur sont inconnus, et ils veulent s’assurer que leur progéniture est entre de bonnes mains. Notre aperçu des projets montre que, dans ce domaine, les initiatives au niveau des quartiers, dans lesquels différents groupes se réunissent pour des projets communs, sont très prometteuses.

 

Billet de blog de Monika Blau, Intergeneration  

 

 

Et vous? Que pensez-vous du potentiel de lier la promotion de l’activité physique et la rencontre entre les générations dans des projets précis?

 

Connaissez-vous d’autres exemples réussis (et aussi moins réussis) où les relations intergénérationnelles et l’activité physique sont encouragées dans des espaces publics?

 

 

Etude Activité physique et environnement, Office fédéral de la santé publique (OFSP)

 

Fondation Hopp-la: Generationen in Bewegung

 

Promotion Santé Suisse:

L’activité physique des personnes âgées

L’activité physique des nourrissons, enfants en bas âge et enfants d’âge préscolaire

L’activité physique des enfants d’âge scolaire et des adolescents

 

 

 

Photo: Olivier Monnet
Le Jörinpark de Pratteln (BL) est conçu comme un parc d'exercice et d'activités physiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire

Portrait de Frau Christa Dombrowski, Gerontologin HF

Als Bewegungsmensch

Als Bewegungsmensch und als in vielfältiger Form tätige Frau mit älteren Menschen befürworte ich solche Projekte total. Das wäre auf jeden Fall eine Win-win-Situation, für den sich auch ein erheblicher Aufwand lohnt. Ich könnte mir vorstellen, in der Gemeinde oder in der Region mitzumachen. :-))
de Frau Christa Do...
Lundi, 11.03.2019
Portrait de Siegenthaler caroline

Guten Tag

Guten Tag Ich sehe das genau so, dass es sehr an Bewegung fehlt bei Kindern wie bei Älteren jedoch bei den anderen auch. Ich arbeite seit über 35 Jahren mit Bewegung und natürlich insbesondere körperbewusst. Dies wird jedoch nicht gefördert weder in den Schulen öffentlich etc. Ich arbeitete in Altersheimen mit Suchtleuten und mit Kindern in der Tagesschule. Kein können und wissen ist jedoch nicht erwünscht. Ich wäre sofort bereit für eine Zusammenarbeit!!! Ohne Körperbewusstsein ändert sich soviel wie nichts und genau dort müsste man ansetzen. Der Atem ist der Schlüssel- und Start-Satz. Es gibt sogar eine Studie darüber! Meine älteste tn ist 88 und was damit bei ihr passiert, grenzt schon fast an Wunder! Nur Statistiken und schreiben darüber nützt niemandem etwas, sondern nur handeln und Taten! Also fördert!!! Caroline Siegenthaler flowingart.ch
de Siegenthaler ca...
Jeudi, 09.05.2019
Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft