Aller au contenu principal

Une aire de jeux pour des jeunes et des moins jeunes

Jeudi, 28.01.2016
Hopp-la im Schützenmattpark Basel

 

Lukas Zahner a observé que les enfants ainsi que les personnes âgées manquaient souvent de force musculaire et d’équilibre. Professeur en sports, activité physique et santé à l’université de Bâle, Lukas Zahner a donc décidé de réunir ces deux générations dans le cadre d’un projet – au bénéfice de tous les participants.  

 

Monsieur Zahner, par votre projet, vous vous engagez pour que des enfants et des personnes âgées se rencontrent afin de jouer et bouger ensemble. Comment cette idée vous est-elle venue?

Il y a longtemps, j’avais déjà mené des recherches sur les enfants, leur manière de bouger ou de ne pas le faire. Parallèlement, je m’intéressais également aux personnes âgées, qui souvent ne bougent pas assez, ce qui fait fondre leurs muscles et peut causer leur dépendance physique. Vu sous cet angle, les deux générations ont un problème similaire: elles manquent de force et d’équilibre. Les enfants parce qu’ils ne les ont pas encore développés et les personnes âgées parce qu’ils les ont perdus. Les deux groupes de personnes sont exposés au risque de faire des chutes, lesquelles peuvent avoir des conséquences médicales dramatiques pour les aînés. Voilà comment l’idée est née. Pourquoi ne pas encourager les enfants et les seniors en même temps?

 

Comment avez-vous procédé?

Après quelques rencontres avec des enfants et des seniors, j’ai compris qu’il ne s’agissait pas seulement d’activité physique, mais que l’enjeu était bien plus important. Ainsi, Debora Wick, dont j’ai dirigé le mémoire de master, un sponsor et moi-même, nous avons créé la fondation Hopp-la. Notre projet pilote a pour cadre le parc Schützenmatt à Bâle, où les enfants et les aînés ont à leur disposition des installations et appareils, à la conception desquels nous avons participé. Ceux-ci permettent de développer l’équilibre et la force musculaire. Trois fois par semaine, des étudiants de notre département sont sur place, et nous proposons plusieurs cours que les aînés peuvent suivre seuls ou accompagnés d’un petit-enfant.

 

Les personnes âgées n’ont-elles pas de barrière psychique à surmonter pour participer à une activité sur une aire de jeux publique?

Oui, vous avez raison. C’est pourquoi il est important que les seniors, mais aussi les enfants, aient un rendez-vous fixe à une heure et en un endroit précis. Et surtout: le jeu et le plaisir sont tout aussi importants que l’aspect d’entraînement! Les appareils sont exigeants pour tous les groupes d’âge. Il y a d’ailleurs des favoris parmi eux et pour lesquels la question se pose: Qui a le droit de les utiliser avec qui? Parfois, les grands-parents ne sont pas assez rapides, ce qui demande de la patience aux enfants. Ceux-ci doivent également apprendre à gérer d’autres déficits. Ainsi, ils peuvent être confrontés à une personne participant au cours en fauteuil roulant et qui ne peut bouger plus que les bras. Pour les enfants, c’est donc aussi un apprentissage social.  

 

Et pour les seniors? Quel est leur bénéfice à eux?

Ils profitent d’une part sur le plan physique, car un meilleur équilibre et plus de force préviennent le risque d’accident. D’autre part, leur bénéfice est d’ordre cognitif. En effet, ils doivent apprendre de nouveaux noms et des enchaînements de mouvements. Enfin, l’avantage psychique n’est pas négligeable non plus: le contact avec les enfants constitue un enrichissement; leur joie de bouger est communicative. Pour les personnes âgées, c’est généralement un plaisir de pouvoir aider des enfants. Celui ou celle qui apporte de l’aide, se sent valorisé-e. En d’autres termes: l’activité physique et le plaisir de retrouver son groupe améliorent la qualité de vie.

 

Les enfants ont naturellement une grande envie de bouger. Comment se fait-il qu’ils puissent ne pas bouger suffisamment?

Dans le cas des enfants, le manque d’activité physique est étroitement lié à la situation économique des parents, celle-ci déterminant où la famille habite. Si vous vivez au bord d’une grande artère ou entourés de circulation automobile, vos enfants ne pourront pas jouer devant la porte avec les enfants des voisins. Vous aurez tendance à garder vos enfants à l’intérieur; pour qu’ils soient calmes, ils seront installés devant la télé ou pourront s’occuper avec l’ordinateur où seuls les doigts bougent sur le clavier. Il arrive d’ailleurs que les rencontres au parc Schützenmatt débouchent sur d’autres initiatives, telle celle où une aînée a décidé de donner des cours d’allemand à un enfant immigré. C’est pourquoi nous envisageons la création de tandems afin qu’un enfant et une personne âgée s’entrainent ou s’exercent systématiquement ensemble pendant un an.

 

Peut-on définir un âge propice du côté des enfants ou se baser sur des facultés spécifiques de la part des aînés pour former des groupes qui fonctionnent particulièrement bien?

Non, c’est très individuel. En principe, on peut dire: plus une personne âgée est agile et plus les enfants doivent être en forme.

 

La recherche est-elle avancée dans le domaine de l’activité physique intergénérationnelle?

Il existe encore très peu de travaux systématiques; pour démontrer les effets, il faut quantité de mesures, observations et enquêtes. C’est compliqué et cela coûte. Mais nous y songeons; nous avons déposé une demande de fonds pour une recherche il n’y a pas très longtemps. Dans l’idéal, on organiserait un entraînement deux fois par semaine, mais nos moyens financiers ne le permettent pas.

 

Et quel est le but de votre fondation?

Actuellement, nous souhaitons développer notre programme de cours et faire l’acquisition d’autres appareils. A long terme, l’objectif est de créer une offre de ce type dans chaque ville suisse. Pour atteindre ce but, nous devons développer un concept et obtenir le soutien des communes, mais aussi de personnes privées. C’est en ce sens que nous dépendons de sponsors.

 

Hopp-la à la platforme Intergeneration

 

www.hopp-la.ch

 

Contribution au blog de Daniela Kuhn

Photo: Fondation Hopp-la

 

Et vous? Connaissez-vous un autre projet ou programme intergénérationnel dans le domaine du sport et de l’activité physique? 

 

 

Commentaire

Portrait de SteffenZ

Tolle Sache, die ihr da

Tolle Sache, die ihr da vorhabt. Gerade die Generation 55 plus, http://www.50plus.ch, erwartet noch etwas vom Leben. Umso wichtiger ist es, sich dementsprechend vorbeugend fit zu halten. Sei es über körperliche Ertüchtigung oder Geistige. Dieses Projekt hier kann man auch aus einem weiteren Grund hervorheben. Auch unsere Kinder bewegen sich zu wenig, und schon hat man den Spagat geschlagen, das die Oma mit dem Enkel etwas unternehmen kann
Portrait de Johne827

Cheap goods

I just ought to tell you which you have written an exceptional and distinctive post that I really enjoyed reading. Im fascinated by how nicely you laid out your material and presented your views. Thank you.
Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft