Aller au contenu principal

Sur le blog: Prof. François Höpflinger Relations intergénérationnelles: petits-enfants et grands-parents

Lundi, 05.11.2012

Idéalisée, mais tout de même assez ouverte, l'image des grands-parents autorise des formes relationnelles concrètes très diverses. Dans l'idéal, on attend des grands-parents une influence positive. Mais comme ils ne peuvent pas prendre/n'ont pas de responsabilité éducative, leur liberté est plutôt grande pour créer des relations avec leurs petits-enfants. Le rôle familial des anciens laisse aux grands-pères et grands-mères des «libertés sur le tard» pour nouer des liens avec la plus jeune génération. En effet, plusieurs indices laissent supposer que les nouvelles générations de grands-parents utilisent les anciennes images traditionnelles pour construire de manière ciblée des relations intergénérationnelles postmodernes. Etant donné que l'écart entre la génération des grands-parents et celle des petits-enfants est, par définition, marqué, il est plus facile pour les grands-parents que pour les parents de s'approcher des petits. Ainsi, dans leurs rapports avec les petits-enfants, les grands-parents peuvent aisément renouer avec des étapes antérieures de leur vie familiale (vie auprès de nourrissons, d'écoliers et d’adolescents), sans avoir à assumer pour autant des responsabilités éducatives.

Interrogés sur leurs relations personnelles par rapport aux grands-parents, les petits-enfants devenant adultes confirment que ces relations sont majoritairement positives et très vivantes.  Les grands-parents – surtout lorsqu'ils sont actifs, en bonne santé et qu'ils s'intéressent à la jeunesse – représentent pour leurs petits-enfants devenant adultes des personnes importantes dans le contexte familial. Cette importance réside notamment dans le fait que, de nos jours, les grands-parents peuvent se soustraire au stress exercé par l'école et l'entrée dans la vie professionnelle. Ainsi, dans l'idéal, ils sont à même d’offrir aux écoliers et adolescents des choses qui, dans tous les domaines de la vie moderne, semblent manquer: de la disponibilité, de la sérénité et un lien social qui s'ancre en dehors des contraintes scolaires et des problèmes de l'adolescence.

Il s'agit d'une nouvelle qualité relationnelle: les grands-parents ont fonction de personnes de référence généralisées. Cela exige toutefois de la part de l'ancienne génération le respect de deux règles fondamentales de la communication intergénérationnelle­. D'une part, la qualité de la relation entre les grands-parents et leurs petits-enfants adolescents dépend dans une mesure non négligeable de la faculté d'éclipser sciemment les sujets intimes de l'adolescence. D'autre part, notamment lorsque les petits-enfants deviennent adultes, l'engagement des anciens auprès d’eux ne doit jamais apparaître comme une ingérence. C'est là un principe absolument central lorsqu'il s'agit de projets orientés vers des «grands-parents électifs».

 

Une entrée publiée par Prof. François Höpflinger, Institut de sociologie de l’université de Zurich (fhoepf@soziologie.uzh.ch)

Ecouter également l'émission radio (DRS 2) au sujet des grands-parents, disponible sous forme de podcast et intitulée: Die gesellschaftliche Dimension von Oma und Opa.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft