Aller au contenu principal

Potentiel et limites des projets intergénérationnels, partie 1

Lundi, 11.11.2019
Generationenprojekt Foto-Generationen-Dialog von NA-DA Projekte

Dans sa thèse de doctorat, Ines Findenig traite le phénomène social des projets intergénérationnels. Dans une interview accordée à Intergeneration, elle propose aux acteurs et au public intéressé une brève introduction aux sciences sociales, elle souligne le potentiel et les limites des projets intergénérationnels et elle formule des recommandations sur la manière dont de tels projets peuvent réussir.         

 

Entretien avec Ines Findenig sur les projets intergénérationnels, partie 1

Vers la partie 2 de l'interview

 

Dans votre thèse de doctorat, vous avez traité le phénomène des projets intergénérationnels tout en analysant le potentiel et les limites de ces projets. Que faut-il savoir de nos jours sur les projets intergénérationnels?

Les projets intergénérationnels constituent des lieux de rencontre où plusieurs générations peuvent se retrouver afin de briser des stéréotypes, de combattre des préjugés, de découvrir de nouvelles façons de voir les choses, d’apprendre aussi bien en commun que les uns des autres et, enfin, d’apprendre à se connaître soi-même et à établir des relations avec les autres. Outre la possibilité de promouvoir la participation sociale auprès de tous les participants – quel que soit l’âge des personnes – les projets intergénérationnels ont l’avantage de mettre l’accent sur le plaisir de travailler ensemble. 

Les projets intergénérationnels sont autant de projets d’éducation sociale 

Ils peuvent être compris comme des projets éducatifs, sur le plan social, participatif et de développement de la personnalité, dans le cadre desquels les individus sont perçus comme des experts de leur monde et où, avec d’autres individus, ils peuvent engager une réflexion et une discussion conscientes sur ce qui leur est commun mais aussi sur leurs différences et ambivalences. Ainsi, une sensibilisation aux autres groupes d’âge et à d’autres situations de vie peut être développée ou du moins initiée. Des personnes appartenant à des générations différentes ont ainsi l’opportunité de se rencontrer d’égal à égal, d’apprendre à se connaître (elles-mêmes et les autres) et à s’estimer, ce qui favorise également l’empathie.   

Les projets intergénérationnels ouvrent la voie à des rôles alternatifs pour les générations      

Une autre particularité de ces projets est que les relations intergénérationnelles y sont extra-familiales, c’est à dire qu’elles ne reproduisent pas exactement les relations familiales. Si ces projets ne peuvent pas remplacer des relations familiales, ils peuvent en revanche très bien les compléter. Grâce à une approche concrète des différences ou des ambivalences, ils offrent l’occasion de découvrir de nouvelles représentations des générations et des âges, et d’expérimenter des rôles alternatifs. En même temps, cela permet à chacun de réfléchir sur son propre rôle, voire ses rôles. Les projets intergénérationnels offrent ainsi des opportunités sociales multiples à différents niveaux, tant pour les individus que pour notre société.  

Changement démographique: les projets intergénérationnels recèlent un vrai potentiel pour résoudre des problèmes 

Les projets intergénérationnels peuvent grandement contribuer à une évolution positive de la société. Dans le contexte du changement démographique en cours, ils génèrent des impulsions essentielles, qui sont nécessaires pour toutes les personnes participantes et aussi, au-delà, pour les différents réseaux. Ils peuvent avoir des effets bénéfiques de prévention et de sensibilisation durable; ils peuvent promouvoir d’une part, la participation de la société civile et, d’autre part, la participation à la vie sociale– en particulier dans le contexte de la justice intergénérationnelle. Le désir de laisser des traces dans le monde en tant qu’individu – également connu sous le nom de générativité – pousse de nombreuses personnes à devenir actives en dehors de leur propre famille. A cet effet, les projets intergénérationnels offrent une bonne base pour agir en tant que porte-parole des générations. Et ce n’est pas seulement vrai pour les personnes âgées! Il est important de veiller à ce que toutes les personnes participantes – c’est-à-dire toutes les générations – soient perçues de la même manière et au même niveau, et que les différentes situations de vie soient acceptées de tous. 

Stéréotypes liés à l’âge mis à l’épreuve par les projets intergénérationnels

L’un des atouts évidents des projets intergénérationnels est que les images et stéréotypes liés à l’âge peuvent être abordés ouvertement et, si nécessaire, analysés et traités. Enfin, un autre avantage particulier des projets intergénérationnels est le fait que les relations au sein de la famille sont ainsi complétées par des rencontres quotidiennes extra-familiales entre les générations, rencontres qui, autrement, peuvent rarement se produire pour des raisons de travail, d’institutionnalisation ou autres.  

Risques et limites des projets intergénérationnels 

Les projets intergénérationnels ont manifestement un vaste potentiel – mais ils ont également leurs limites. Lorsque différentes générations se mettent à échanger, il y a toujours quelque chose de nouveau qui émerge. Cette nouveauté n’est pas nécessairement harmonieuse, elle peut aussi être ennuyeuse ou explosive. Elle peut produire des schémas qui sont pourtant anciens et faire renaître des souvenirs, mais elle peut aussi adapter ces schémas, elle peut briser les stéréotypes – comme elle peut aussi les consolider. On ne sait jamais vraiment à l’avance ce qu’un projet intergénérationnel va provoquer chez les participants ou chez les responsables du projet. Les projets intergénérationnels ne sont pas toujours faciles, mais ils offrent une scène intéressante pour des rencontres passionnantes – ou ordinaires. Il est important que des rencontres aient lieu afin de faciliter les échanges et par conséquent d’établir des relations. 

 

 

De vos résultats de recherche, lesquels devraient être connus des responsables des projets?

Modèles familiaux dans les projets intergénérationnels non familiaux 

Planifier et réaliser un projet intergénérationnel – cela peut paraître simple au premier abord, mais ce n’est pas tout à fait le cas lorsqu’on y regarde de plus près. Toutefois, je vous assure que cela en vaut toujours la peine. Il est important de noter qu’il n’existe pratiquement pas de rôles-types ou de modèles pour les relations intergénérationnelles non familiales. On est donc tenté de reprendre les schémas familiaux et les idées qui vont avec, ce qui a souvent un effet restrictif, voire inhibiteur pour le projet. Par conséquent, il importe de percevoir les personnes participantes comme des individus avec des biographies passionnantes et comme des experts de leur monde. De cette façon, les différences et ambivalences des individus et des biographies ainsi que les groupes d’âge deviennent manifestes. La recherche a clairement démontré que le fait de parler ouvertement des différences peut avoir la fonction d’un «brise-glace». C’est une bonne base pour tisser des relations. 

Autre résultat de nos recherches: les projets intergénérationnels risquent, par inadvertance, d’intensifier la dichotomie entre les jeunes et les moins jeunes – et, par conséquent, ils peuvent consolider les stéréotypes. Pour pallier ce risque, on devrait former des groupes hétérogènes pour certaines activités.

Les projets intergénérationnels exigent du professionnalisme et de la réflexion 

Mes recherches, en outre, ont démontré la nécessité de faire accompagner professionnellement les projets intergénérationnels par des spécialistes du domaine. Cela signifie, entre autres, que les responsables doivent: réfléchir à l’image qu’ils ont eux-mêmes des personnes âgées, remettre en question l’accent mis actuellement sur l’âge avancé lorsqu’il est question des générations, éviter consciemment d’instrumentaliser les groupes d’âge, etc. Pour utiliser une image, le responsable doit observer les différentes générations impliquées, dans son projet intergénérationnel, à travers des «lunettes de générations» afin de s’assurer que soit créé un endroit où les différentes générations peuvent se rencontrer d’égal à égal.

Les projets intergénérationnels doivent faire l’objet d’études plus vastes 

Les recherches antérieures sur les projets intergénérationnels sont plutôt limitées et ont rarement été menées sous l’angle de la recherche sur la jeunesse. J’espère que les études futures tiendront réellement compte de toutes les générations et minimiseront ainsi l’accent, plutôt dominant, mis sur les personnes âgées. Ma thèse a permis de faire un premier pas dans cette direction, en s’intéressant également aux enfants et aux jeunes et en leur accordant un rôle principal alors que, jusque-là, ils étaient plutôt négligés dans les projets intergénérationnels. On constate par ailleurs un manque de culture d’évaluation dans les projets actuels. Les questions d’efficacité, d’atteinte des objectifs, de durabilité, etc., ne sont plutôt pas liées aux projets spécifiques et on est loin de pouvoir en conclure des réponses structurelles. A cet égard, il y a encore des progrès à faire.  

Outre cette nécessité générale de développer la recherche scientifique et de favoriser un soutien financier sur la durée et au niveau de la politique sociale dans le but de développer davantage les projets intergénérationnels, il est urgent de sensibiliser la société pour les rencontres entre générations et pour l’engagement hors du contexte familial – aussi et, en particulier, sous l’angle de la participation sociale multigénérationnelle. 

Recommandations pratiques pour les projets intergénérationnels 

Abstraction faite du besoin général de sensibilisation, il est important que les responsables en connaissent certains aspects dès la planification du projet. Outre le recours aux «lunettes de générations» déjà mentionnées, il est également important de réfléchir et d’examiner de manière critique des thèmes tels que la multi générationnalité, les stéréotypes, le besoin de générativité, la différence entre les relations intra et extra familiales, les rôles, les situations de vie et les représentations générales de l’âge avancé. Toutefois, les recommandations plus générales ci-dessous ne sont pas moins importantes: 

  • S’engager dans des coopérations interdisciplinaires nouvelles et inattendues et les vivre activement. 
  • Promouvoir les équipes interdisciplinaires et le partage des responsabilités. 
  • Fixer des objectifs réalistes et mesurer les résultats – planifier les évaluations dès le départ. 
  • Promouvoir le lobbying en faveur des projets intergénérationnels. 
  • Distinguer les mondes des uns et des autres et considérer les participants comme des experts de leurs mondes et de leurs expériences – rencontrer les personnes d’égal à égal et les associer aux projets d’une manière participative.
  • Préparer convenablement les participants; les accompagner et les suivre de près. 

 

Ines Findenig a été interviewée en juin 2019. Les questions ont été posées par Monika Blau, Intergeneration. Ines Findenig a passé son doctorat à l’université de Graz au Département de pédagogie sociale de l’Institut für Erziehungs- und Bildungswissenschaften. Ses travaux actuels de recherche en sociologie appliquée portent sur les enfants et adolescents, et elle effectue également des recherches dans le domaine de la participation sociale des personnes âgées.

 

Photo: Le projet intergénérationnel Foto-Generationen-Dialog avec la responsable de projet Nathalie Danja Streit, NA-DA-Projekte (à droite)  

 

Liens complémentaires:

 

Vers la partie 2 de l'interview

 

Le programme Intergeneration a pour but de renforcer les relations entre les générations et donc la solidarité entre elles. Découvrez des projets intergénérationnels très variés en consultant notre plateforme.

 

Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft