Aller au contenu principal

Les plus petits restent au centre de l’attention

Mardi, 08.09.2020
Familienzentrum in der Schweiz

En Suisse alémanique, les Familienzentren (centres familiaux) envisagent de s’ouvrir à l’intergénérationnel

Toutes les personnes restant souvent chez elles avec des enfants en bas âge le savent: tôt ou tard, on ressent le besoin d’échanger avec d’autres parents ayant des enfants du même âge. Ce besoin, environ 120 Familienzentren aux structures porteuses diverses le prennent en considération dans les cantons de Zurich, Berne, Bâle-Campagne, Bâle-Ville, Argovie, Soleure, Saint-Gall, Thurgovie, Schaffhouse, Lucerne, Schwyz, Zoug et dans celui des Grisons. Une bonne part de ces centres se trouvent dans le canton de Zurich.

«Ces quarante dernières années, les Familienzentren ont poursuivi des objectifs très divers. Cela va des simples points de rencontre jusqu’à des offres de conseil et d’éducation pour les familles avec des enfants en bas âge», explique Maya Mulle, directrice du réseau Bildung und Familie (éducation et famille) qui soutient les communes dans des projets spécifiques. Au centre de l’attention: les rencontres entre des mères – et de plus en plus souvent aussi des pères – accompagné-e-s d’enfants de 0 à 4 ans. Environ la moitié des Familienzentren sont destinés exclusivement à ces groupes: «Les familles avec de jeunes enfants doivent avoir accès à la société», déclare Maya Mulle. Celles qui ont elles-mêmes peu de relations extérieures dépendent de ces possibilités de contact institutionnalisées. Grâce à l’échange social dans les Familienzentren, les familles sont dans le même temps soutenues dans leurs tâches éducatives et dans l’organisation d’une vie quotidienne adaptée aux jeunes enfants. Si nécessaire, certaines familles peuvent être aidées individuellement et accompagnées par des spécialistes.

«L’organisation porteuse fournit le concept et l’espace», explique Maya Mulle.

Des concepts et offres intergénérationnels

Dans certains Familienzentren, les offres intergénérationnelles font partie de ce concept. Ainsi, parmi les bénévoles, il y a souvent des personnes âgées qui travaillent à la cafétéria, font la lecture aux enfants ou cuisinent pour un déjeuner en commun. D’autres seniors viennent au centre pour réparer des objets défectueux appartenant aux familles. Certaines grands-mères apprécient de pouvoir passer du temps avec leurs petits-enfants au Familienzentrum.

Lors d’un atelier organisé par le réseau Bildung und Familie, les responsables, acteurs et actrices engagés dans des Familienzentren ont montré un grand intérêt pour des activités dans lesquelles la génération plus âgée serait davantage impliquée. Les idées soumises comprenaient des cours de gymnastique en commun pour enfants et seniors, des rencontres «tricot» et des séances de jardinage autour de potagers surélevés. «Lorsqu’une commune ou un Familienzentrum souhaite créer de telles offres, nous sommes disposées à les assister», confirme Maya Mulle. Toutefois, l’infrastructure et les locaux doivent s’y prêter: «Concrètement, cela veut dire qu’il faut un bâtiment assez grand.» Par exemple, les petites chaises d’enfants ne conviennent pas aux personnes plus âgées en visite dans un centre, pas plus que les pièces exiguës dont le sol est jonché de cubes et autres jouets.

«Certains Familienzentren veulent offrir une valeur ajoutée pour le plus grand nombre de groupes d’âge. Mais le cadre doit être adapté avant tout aux enfants en bas âge et à leurs familles. Pour elles, il n’y a que peu d’endroits qui répondent exactement à leurs besoins», souligne Maya Mulle. Des voix s’élèvent pour attirer notre attention sur le fait qu’en raison du vieillissement de notre société, les Familienzentren risquent d’attirer trop de personnes âgées. «Or, il est important pour nous que les offres intergénérationnelles aient une valeur ajoutée pour toutes les personnes concernées. En aucun cas les jeunes enfants qui ne sont pas encore capables de prendre des décisions ne doivent être contraints à certaines activités», précise Maya Mulle.

Qu’en est-il des sœurs et frères plus âgés? Des enfants de plus de 4 ans? Des adolescents et adolescentes? Un seul Familienzentrum propose actuellement une offre destinée aux enfants plus âgés, et Maya Mulle ne s’attend pas à un grand changement à ce niveau: «Dans les communes et surtout dans les villes, l’Animation enfance et jeunesse en milieu ouvert est bien développée, et l’offre pour les adolescents et adolescentes est assez étoffée dans les centres communaux ou maisons de quartier. Les jeunes y trouvent de nombreuses propositions adaptées.»

 

Billet de blog de Daniela Kuhn

Photo: Netzwerk Bildung und Familie

 

Informations complémentaires:

 

Netzwerk Bildung und Familie

 

Situation dans les Familienzentren de Suisse alémanique, Netzwerk Bildung und Familie, 2017 (en allemand)

Bestandsaufnahme zu Familienzentren in der Deutschschweiz, Netzwerk Bildung und Familie, 2017  

 

Autres informationsTaille
Icône PDF mulle_bestandesaufnahme_fz_bericht_2.auflage.pdf428.63 Ko
Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft