Aller au contenu principal

Les mentors modernes

Vendredi, 11.03.2016
Mentorin und Mentee bei Job Caddie

Selon Homère, Mentor était un ami proche d’Ulysse avec lequel il partageait le même âge. Il devint le précepteur et conseiller de Télémaque, fils d’Ulysse. Figure de la mythologie grecque, Mentor est à l’origine de la signification moderne du nom générique «mentor», lequel désigne un guide plus âgé, un conseiller expérimenté, attentif et bienveillant à l’égard d’une jeune personne. Dans l’univers académique, le mentor s’est établi comme un enseignant offrant son soutien à de jeunes scientifiques qu’il accompagne au début de leur carrière professionnelle.

Il y a par définition une différence d’âge entre mentor et mentee. Dans le monde moderne, le mentorat s’étend progressivement à des domaines très divers. Ainsi, dans un environnement numérique en évolution rapide, une personne plus expérimentée peut être très utile à des néophytes et les aider non seulement à combler des lacunes de connaissances mais aussi à s’intégrer au réseau approprié. Cette idée relativement simple a rapidement fait son chemin au cours de ces dernières années et de nombreuses initiatives ont vu le jour.

Ainsi, on trouve sur www.intergeneration.ch une catégorie spécifique intitulée «mentorat» dans la liste des projets. Et les exemples n’y manquent pas! Ils vont de «Rock your Life!» et de ses étudiants qui encadrent des jeunes des 8e et 9e années scolaires  dans leur choix professionnel à la plateforme «Obugoo» qui permet à des aînés de plus de 63 ans de transmettre leurs connaissances et expériences à leurs cadets, en passant par «Innovage», une association de spécialistes retraités prodiguant des conseils à des projets d’utilité publique, et «Munterwegs» qui fait bénéficier du soutien de seniors des enfants issus de l’immigration ou de familles défavorisées. A Lucerne et à Suhr en Argovie, des «Lesementoren» (mentors en lecture) accompagnent d’autres enfants dans leur démarche de lecture afin de leur révéler la richesse de cette activité et de leur faire découvrir le plaisir de la langue. Ce projet à Lucerne a été lancé il y a deux ans et recourt à des femmes et des hommes de plus de 60 ans disposés à encourager, de manière ludique et sur une base hebdomadaire, les compétences linguistiques d’un enfant du primaire. Les deux générations se rencontrent librement, la démarche est facultative; pas question de l’assimiler à du soutien scolaire ou à de l’aide aux devoirs! Les «Lesementoren» bénéficient du concours de plusieurs partenaires, dont la ville de Lucerne qui, dans le cadre du programme «Altern in Luzern» (Vieillir à Lucerne), a lancé des manifestations et projets destinés à associer davantage la population âgée à la vie sociale de la ville. Une chose est sûre: Dans chaque mentorat intergénérationnel, les aînés profitent également car ils peuvent entrer en contact avec des personnes d’une autre génération.

Deux programmes répondant au schéma intergénérationnel classique impliquent des professionnels expérimentés dans le but de faciliter l’intégration de jeunes adultes dans la vie professionnelle. Ainsi, l’association «Urupu» s’efforce par des entretiens d’aider des adolescents à trouver d’abord une voie susceptible de leur correspondre et, dans une seconde étape, de dénicher des offres concrètes. Dans le cadre de «Job Caddie», ce sont 1900 jeunes adultes qui ont demandé de l’aide depuis 2008; ce programme existe dans les cantons de Zurich et de Zoug. L’organisation dépend, entre autres, de la Société suisse d’utilité publique. Le concept: Lorsqu’ils rencontrent des difficultés dans leur apprentissage ou au début de leur vie professionnelle, les jeunes peuvent bénéficier du conseil de spécialistes de leur domaine, une approche de mentorat qui a déjà fait ses preuves. En effet, dans environ 80 % des cas, une solution a été trouvée grâce à «Job Caddie».

Mais mesurer le succès n’est pas toujours chose facile. Comment se définit le succès de programmes encourageant des jeunes femmes à s’engager publiquement ou les assistant dans leur développement personnel? «Mentoring-Programm für die Politikerinnen von Morgen» (Mentorat pour les femmes politiques de demain) ou «Frau & Politik» (Femme & politique) ont pourtant eu leur importance! En ce qui concerne «Mentee», un rapport final d’évaluation a été publié, permettant de connaître les retombées positives et résultats. Ces projets sont entre temps parvenus à leur terme. Ils constituent néanmoins une source intarissable d’inspirations.

Espérons que l’échange intergénérationnel direct entre mentor et mentee, tel qu’il a lieu dans les programmes mentionnés, sera largement imité à l’avenir et qu’il motivera de nouveaux projets de mentorat dans d’autres domaines. 

 

Contribution au blog de Daniela Kuhn

 

Les projets et programmes cités figurent dans la liste des projets sous la catégorie «Mentorat».

Photo: Job Caddie

 

Et vous? Connaissez-vous un autre projet intergénérationnel de mentorat?  

 

Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft