Aller au contenu principal

La générativité: source de joie de vivre

Samedi, 17.08.2013

 

… à condition de ne pas se limiter à un sens unique. En effet, un tel lien peut également provoquer l’inverse, à savoir de graves dépressions. C'est même souvent le cas lorsque des personnes reçoivent de l'attention et de l'assistance alors qu'elles sont incapables d'en donner.

De 1985 à 2004, une étude longue durée s'est intéressée aux relations entre 376 grands-parents et 340 petits-enfants. Les seniors étaient, en moyenne, nés en 1917 et les jeunes en 1963. Les scientifiques ont constaté ceci: lorsque les grands-parents et les petits-enfants entretenaient une relation affective étroite, les états et symptômes dépressifs étaient moindres. Et ceci pour les deux générations. Parmi les grands-parents, ceux qui recevaient une assistance concrète sans rien faire pour leurs petits-enfants, manifestaient les signes dépressifs les plus accentués. Un dicton sorti tout droit de la bible le résume ainsi: «Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir.» (Livre des Actes des Apôtres 20.35). Les grands-parents qui reçoivent sans donner – et peut-être sans pouvoir donner – sont frustrés de leur incapacité et se sentent dépendants de leurs petits-enfants. L'étude de Sara M. Moorman et Jeffrey E. Stokes a été présentée à l'occasion du 108e congrès  de l'American Sociological Association à New York.

 

L’activité physique et le sport – un cadre propice à l'échange

L'échange ne se fonde pas obligatoirement sur des gestes matériels ou financiers en vue de l'assistance et de l'aide. Il est bien davantage favorisé par de l'attention, par le temps que l'on lui consacre et par des activités entreprises en commun. Toutefois, les deux parties doivent se sentir impliquées et une certaine préparation semble indispensable. Souvent, l'ignorance et l'incertitude règnent quant aux besoins des autres. «Je suis certainement trop vieux/vieille pour accompagner les petits à la piscine.»…«Mamie n'a sans doute aucune envie de jouer au ballon... ». Or, ces suppositions sont inutiles. Prenons le ballon! Souvent c’est plus facile de commencer à petite échelle. Jouer dans le jardin ou dans un parc, lors d'une petite promenade ou même dans un coin du salon. Si cela fait plaisir, on continuera – ou on passera à l'étape suivante. Il est possible que plusieurs tentatives soient nécessaires. Et comme toujours, il convient de ne pas abandonner trop vite.

 

Le footbag pour améliorer l'équilibre et fortifier les muscles

La SUVA a lancé un programme d'équilibre s'adressant à des personnes jeunes et moins jeunes.

Ce programme propose des exercices pour améliorer l'équilibre, en station debout et lors de la marche, et pour développer la force musculaire des jambes. Ce sont là trois objectifs majeurs pour l'évolution des enfants. Dans le même temps, c'est un entraînement idéal pour prévenir le risque de chutes auprès des seniors en améliorant leur faculté de contrebalancer un déséquilibre momentané lorsqu'ils trébuchent. Des accidents pourront ainsi être évités. Le programme prévoit aussi des exercices pouvant être pratiqués ensemble par les grands-parents et leurs petits-enfants.

Vous pouvez commander le «Programme d'entraînement dynamique avec le footbag» (pour ce dernier, voir la photo) auprès de la SUVA

Il existe également une application spéciale «footbag» pour les smartphones. Une occasion rêvée de présenter à ses grands-parents son nouveau portable sous un angle très sérieux et de lutter ainsi contre leurs appréhensions, voire leurs préjugés face à ces téléphones omniprésents. De quoi donner aux seniors l’envie de posséder, eux aussi, un tel ordinateur de poche!

 

 

Une entrée publiée par Michael Hausammann

Commentaire

Portrait de Uli Tischer

Eine tolle Idee, die Sache

Eine tolle Idee, die Sache mit den Footbags als generationenübergreifendes Sportgerät! :-) Im Newsletter vom Institut Alter an der FH Bern gab es passend zu deinen Ausführungen heute diese Meldung: «Gute Taten verlängern das Leben» "Ob Aushelfen in der Suppenküche, Pflegeeinsätze im Altersheim oder kostenfreie Kinderbetreuung: Wer über 55 ist und sich ehrenamtlich engagiert, lebt offenbar bis zu sechs Jahre länger als Gleichaltrige, die keinem Ehrenamt nachgehen. Zu dieser Erkenntnis kamen US-Forscher, die 14 Studien aus den vergangenen 25 Jahren auswerteten. Insgesamt wurden die Daten von rund 50'000 Menschen von drei Kontinenten untersucht. Dabei machte das Geschlecht der freiwilligen Helfer keinen Unterschied, ebenso wenig die körperliche Gesundheit oder zu welcher Ethnie er oder sie sich zählte." Die Originalstudie findet man hier: Volunteering by older adults and risk of mortality: A meta-analysis. By Okun, Morris A.; Yeung, Ellen WanHeung; Brown, Stephanie Psychology and Aging, Vol 28(2), Jun 2013, 564-577.
Portrait de E.Konstantinidis

Interessante Studien. Jedoch

Interessante Studien. Jedoch hatte ich mir vom Titel her wesentlich mehr erwartet als schlussendlich ein paar Tipps für das Spielen zwischen Grosseltern und Enkeln. Der Artikel geht m.E. von einem sehr engen Bild und deswegen übertrieben positiven von "Generativität" aus: Der Annahme, dass Enkel und Grosseltern grundsätzlich in Kontakt sind. Generativität ist doch ein viel grösseres Problem, wenn diese Konstellation nicht stimmt. Was, wenn die Grosseltern kein Verständnis für die jugendlichen Enkel aufbringen können? Wenn die Verwandtschaftsbeziehungen unter dem Druck des Arbeitsmarktes geographisch auseinandergerissen werden und ein Kontakt kaum möglich ist? Frauen werden immer später Mütter - was, wenn die Grosseltern schon sehr alt und gebrechlich sind, wenn die Enkel im Alter wären, um den Kontakt zu pflegen? Und - was ist eigentlich mit der "Generativität" der kinderlosen Menschen? Viele sind ungewollt in dieser Situation. Sind denn "Enkel" der einzige Weg zur Generativität? Sicher nicht! Aber welche Möglichkeiten gibt es? Hier gibt es viel grösseren Bedarf nach Hinweisen als für Grosseltern, die sowieso schon eine gute Beziehung zu ihren Enkeln haben...
de E.Konstantinidis
Jeudi, 27.12.2018
Portrait de Ruedi Schneider

Noch mehr Informationen

Guten Tag! Ganz genau, der demografische Wandel, die gesteigerte Mobilität und viele weitere Faktoren schmälern den Generationenaustausch in der Familie. Die Generationenbeziehungen gilt es ausserfamiliär zu fördern und dies ist für unsere Gesellschaft zentral. Wenn sie mehr über die Wirkungen von Generationenprojekten erfahren möchten, so finden Sie im Blog viele weitere Beiträge dazu: https://www.intergeneration.ch/de/blog. Auch finden Sie über 300 Generationenprojekte unter https://www.intergeneration.ch/de/generationenprojekte, die eben gerade mit vielfältigen Projekten auf unterschiedlichste Weise die Generationenbeziehungen fördern.
Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft