Aller au contenu principal

Des impulsions pour des projets intergénérationnels

Mercredi, 26.11.2014

Le domaine de l’intergénérationnel bouge: au cours de ces dernières années, de nombreux projets ont vu le jour un peu partout en Suisse. Ils ont été lancés par des particuliers ou par des organisations majoritairement petites. Dans ce contexte, le Pour-cent culturel de la Migros et l’Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH-SAGW) viennent de publier deux brochures résumant les résultats des premiers ateliers tri-nationaux du domaine intergénérationnel («Erste Trinationale Workshops Generationenprojekte») et réunissant les enseignements et expériences tirés de la pratique d’un grand nombre de personnes œuvrant au sein de projets intergénérationnels dans trois pays. A l’avenir il sera donc possible de mettre ces connaissances à la disposition de qui souhaite lancer un nouveau projet dans ce domaine.

Assistante sociale HES, je m’engage activement et depuis plusieurs années dans deux projets intergénérationnels de la région de Zoug: MUNTERWegs, un programme de mentoring (www.munterwegs.eu), et Generationentreff Ägerital, une rencontre régionale. Ci-dessous, je vais brièvement présenter les deux brochures citées plus haut et comparer leurs contenus avec ma propre expérience pratique. Les brochures ont pour principal objectif de motiver les personnes intéressées afin qu’elles réalisent leur projet intergénérationnel et qu’elles le planifient durablement.

 

Intitulée «Kontextualisierung und Positionierung von Generationenprojekten», la première brochure propose d’abord des fondements théoriques fort utiles pour les personnes souhaitant lancer un projet intergénérationnel. En effet, lors des négociations avec les partenaires de réseau, communes et potentiels bailleurs de fonds, il est indispensable de présenter de bons arguments en faveur de son projet et de justifier l’existence de celui-ci.

 

La seconde partie de la brochure est consacrée à des projets concrets. Toutefois, elle est un peu succincte: la description de ces projets est trop brève; elle ne parvient donc pas à stimuler ni la reproduction de ces projets ni le développement ultérieur de projets similaires. Il manque par ailleurs des informations sur les objectifs précis de chaque projet. En outre, il aurait été utile pour le lecteur d’indiquer les adresses lui permettant de contacter les responsables de ces projets.

En ce qui concerne le contenu thématique, deux sujets auraient mérité d’être développés: l’intégration sociale et l’intégration de la population migrante. Il est regrettable que ces deux thèmes ne soient mentionnés qu’en passant. En effet, c’est précisément dans ces domaines qu’un projet intergénérationnel peut s’avérer précieux. Il serait donc souhaitable que ces aspects fassent l’objet d’une description théorique plus approfondie.

 

De manière générale, il est important de souligner l’utilité des projets intergénérationnels. A mon avis, cette utilité est triple: les projets intergénérationnels fournissent des prestations dont profitent les individus, la société dans son ensemble et l’Etat. Je n’adhère donc pas à la vision plutôt traditionnelle selon laquelle le bénévolat est une démarche purement altruiste profitable uniquement sur le plan individuel.

Il est essentiel de dire que les projets intergénérationnels nécessitent la visibilité, la résonance et la reconnaissance sociale en public. Dans la pratique, je fais toujours à nouveau la même expérience: il serait important de soigner les relations publiques, notamment en vue de la collecte de fonds, mais le temps manque pour ce travail. L’entretien de sites web, la publicité, la rédaction d’articles de presse, l’organisation d’un calendrier de manifestations, etc. – autant de tâches qui exigent des ressources. La communauté, voire le secteur public, pourraient offrir un énorme soutien dans ce domaine. Je pense à des articles réguliers diffusés dans les publications communales, à des annonces gratuites dans les journaux locaux sur les pages réservées à la commune ou à des panneaux publicitaires dans les villages.

«Impulse für Generationenprojekte», la seconde brochure est davantage orientée vers la pratique. Elle est explicitement destinée à des personnes désireuses de lancer un projet intergénérationnel.

 

Au fond, l’initiative est bonne mais les informations pourraient se résumer de manière plus pragmatique et plus dense, davantage dans le sens d’instructions orientées vers la pratique. Par ailleurs, il aurait été utile de présenter les plus importants points favorisant les projets intergénérationnels sur le plan communal, une sorte de mode d’emploi pour les communes politiques actives.

Du point de vue de la praticienne, j’ajouterais encore un autre critère: afin de donner à un projet intergénérationnel une réelle chance de fonctionner, il est important de le rendre accessible à tous. Ce qui veut dire que les destinataires des offres d’un projet, donc les représentants de toutes les générations – enfants, jeunes, seniors mais aussi les migrants et les personnes socialement défavorisées – devront autant que possible avoir une opportunité de contribuer au projet. L’objectif d’un projet intergénérationnel n’est pas de faire profiter uniquement des groupes spécifiques de personnes.

 

Comme la brochure le mentionne à juste titre, les projets intergénérationnels sont généralement lancés par des particuliers et des petits groupes individuels, rarement par des communes politiques. Or, comment motiver de futurs initiateurs de projets? Il faut d’abord se demander à qui de telles brochures seront envoyées. En effet, un problème fondamental se pose: la durabilité des projets. L’expérience prouve que cette durabilité ne peut être assurée qu’à condition de relier les projets intergénérationnels à des structures publiques.

Pour conclure, je souhaite préciser que les deux brochures sont agréablement illustrées.

 

C’est dommage qu’au niveau des contenus, le rôle décisif de la politique en ce qui concerne la planification, l’organisation et surtout la durabilité, ne soit pas suffisamment souligné lorsqu’il s’agit de réaliser des projets intergénérationnels. Or, la création d’un organe national serait souhaitable afin de coordonner et de promouvoir les projets intergénérationnels. Il conviendrait en outre de créer dans chaque commune d’une certaine importance, un service spécial soutenant le travail d’utilité communautaire et notamment les projets intergénérationnels. Son rôle serait d’accompagner les initiateurs et initiatrices de tels projets, de les organiser en réseaux, voire de reprendre la direction de ces projets afin d’en assurer la durabilité. Ces services (tout comme les services communaux de la jeunesse) devront disposer des deux brochures. Je me réjouis de confirmer ici que sur le plan cantonal, des services prenant en charge les questions intergénérationnelles ont déjà été créés, ainsi le «Amt für Generationen und Gesellschaft» pour le canton de Zoug. Ces services doivent bien entendu disposer de ces deux brochures.  

 

En effet, en dépit de mes petites critiques, la mise en réseau est le maître mot si l’on veut réussir des projets intergénérationnels, que ce soit sur le plan communal ou même national. Les deux publications ici présentées sont exemplaires à ce titre et offrent de précieuses bases pour la pratique à ce niveau.  

 

Les deux brochures sont annexées et peuvent être téléchargées.

 

Contribution de Trix Gubser, Assistante sociale HES

 

 

Commentaire

Portrait de Baitan

Chère Madame,

Chère Madame, C'est avec grand intérêt que j'ai lu vos recommandations et vos conseils destinés aux personnes souhaitant lancer leur propre projet intergénérationnel. Malheureusement, je ne lis pas l'allemand et j'aurai bien voulu savoir si ces brochures sont disponibles également en français? Merci d'avance pour votre réponse. Liliya Baitan
Portrait de Stoffel

Votre question

Chère Madame, Merci de ce message. Hélas, les documents ne sont disponibles qu'en allemand, je suis bien désolée. Je prends cependant bien note de votre intérêt et vous en remercie. Bien cordialement, Martine Stoffel, SAGW
de Stoffel
Mardi, 20.01.2015
Ajouter un commentaire
Voulez-vous vous abonner à notre newsletter?
Changer la langue

Schweizerische Gemeinnützige Gesellschaft