«… à condition que nous soyons tous prêts à bouger.» Au nom de tous ses collègues du Conseil fédéral, Alain Berset a prononcé une allocution lors du colloque national «Sur la voie d'un vieillissement réussi», organisé le 26 avril 2012 à Berne.

Lundi, 14.05.2012

 

En effet, pour lancer «l’Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations 2012», Pro Senectute Suisse a organisé ce colloque spécifique «pour une société dans laquelle il fait bon vivre, toutes générations confondues». Faisant salle comble, des professionnels ainsi que des représentants des mondes politique et scientifique se sont interrogés sur la signification «du vieillissement réussi» et sur les conditions devant être réunies pour le permettre aujourd’hui et à l’avenir. En sa qualité de Conseiller fédéral, Alain Berset a décrit les conditions-cadre d’un vieillissement réussi en Suisse. Ainsi, il a cité un bon système d’assurance-vieillesse et une bonne prévoyance en matière de santé. Car: «La sécurité sociale est la base d’un vieillissement réussi». Et de poursuivre: «Je suis persuadé que nous sommes capables de trouver des solutions pour renforcer la solidarité au sein de notre société au lieu de l'affaiblir – à condition que nous soyons tous prêts à bouger.» Cette proposition – qui sert d’ailleurs de titre à la présente contribution – permet, outre sa signification première, une interprétation secondaire. En effet, les relations intergénérationnelles profitent de l’activité physique et du sport. «Pratiquer un sport ensemble, cela crée des liens», a précisé Alain Berset dans l’entretien accordé à intergeneration.ch (voir l’interview à suivre dans le blog).

A la suite d’une introduction générale, le public du colloque national a assisté à la conférence d’une sociologue, Silke van Dyk, qui a exprimé un avis plutôt sceptique concernant «l’activation des personnes âgées» si souvent citée.

La contribution du professeur Andreas Kruse a ensuite déclenché l’enthousiasme du public. Ce gérontologue a porté son regard sur l’engagement en faveur des générations plus jeunes. Il a plaidé pour des tandems intergénérationnels, c'est-à-dire des coopérations entre les jeunes et les moins jeunes, aussi bien dans l'univers du travail que dans les activités de la vie en société. Non seulement l'image du tandem est un symbole pour l’association d’intérêts communs, mais c’est aussi un appareil de sport qu’Intergeneration envisage d’utiliser dans un proche avenir. Vous en saurez davantage en juin.

Succédant à la partie conférences du colloque, les ateliers étaient consacrés à divers aspects du vieillissement, depuis l’âge avancé jusqu’aux relations intergénérationnelles. Ainsi, Heinz Altorfer du Pour-cent culturel de la Migros a posé une question essentielle: «L’équité pour les diverses générations est-ce un sujet épineux?» Dans l’atelier qu’il encadrait, Herbert Ammann – directeur de la Société suisse d’utilité publique (SSUP) qui a principalement sponsorisé le colloque – a ouvert le débat sur la dimension politique des expériences intergénérationnelles et sur leur importance pour l’utilité publique.

Le colloque s’est achevé dans l’après-midi sur les conclusions de Toni Frisch, Président du conseil de fondation de Pro Senectute Suisse.

Pour avoir étudié les résumés des ateliers, il me paraît important pour ce blog de citer un point en particulier. Il s’agit de l’appel adressé aux seniors. «Nous devons parvenir à convaincre les seniors qu’ils doivent se préoccuper de l’avenir.» L’avenir, ce sont les jeunes générations. Pour toutes les parties concernées, il sera enrichissant de chercher le contact les uns avec les autres, d’échanger ses points de vue et de dessiner les contours des années à venir. L’activité physique et le sport forment un cadre approprié pour se rencontrer entre égaux et dans la bonne humeur.

Pour lire le discours d'Alain Berset, Conseiller fédéral, consultez:

http://www.news.admin.ch/message/index.html?lang=de&msg-id=44310

Michael Hausammann

Ajouter un commentaire